Muséum aquarium de Nancy

Loche clown

Chromobotia macracanthus

Loche clown

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

est divisée en deux chambres. Chez la plupart, la vessie gazeuse est reliée à l’oreille interne par une chaîne de petits os (constituant l’appareil de Weber) qui transmettent les vibrations à l’oreille.

Voir toutes les espèces aquatiques ostariophyses

plus nombreux (après les perciformes), la quasi-totalité des espèces vivent en eau douce.

Voir toutes les espèces aquatiques cypriniformes

espèces toutes d’eau douce qui correspond aux loches (« vraies loches »). Le corps est long, avec une bouche petite subterminale dirigée vers le bas et entourée de barbillons (adaptation à la vie benthique) et une épine érectile sous l’œil.

Voir toutes les espèces aquatiques cobitidés

est emprunté au langage des pêcheurs du Bengale.

Voir toutes les espèces aquatiques chromobotia

Macracanthus

Description morphologique

Le patron de coloration est caractéristique. Trois zones noires transversales alternent avec des zones brun-jaune : la première barre l’œil, la deuxième se situe entre les pectorales et la dorsale et la troisième recouvre la base du pédoncule caudal, la nageoire anale et l’arrière de la dorsale. La taille moyenne est de 20cm.

Ecologie et répartition géographique

L’espèce est endémique de l’Indonésie (Sumatra et Bornéo). Elle fréquente principalement le fond des chenaux des rivières en se cachant sous les rochers, des  morceaux de bois immergés (les pêcheurs locaux utilisent des bambous perforés pour les piéger) ou dans des cavités de boue.


Alimentation

Le régime alimentaire se compose d’insectes, de mollusques, de crustacés et de plantes.

Statut de protection

Statut UICN : Non évaluée.
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 
Bien qu’elle ne figure pas sur liste rouge de l’IUCN, il existe des craintes sur cette espèce du fait de la surexploitation des juvéniles, principalement pour le marché des poissons d’ornement. Des programmes d’élevage existent mais la reproduction en captivité est délicate. La pollution et le remplacement de la forêt équatoriale par des plantations de palmiers ou d’hévéa constituent également une menace.

Partager sur :