Muséum aquarium de Nancy

Chabot

Cottus gobio

Chabot

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

le corps sont souvent épineux, et comportent des plaques osseuses dans la peau. Les membranes reliant les rayons des nageoires pectorales sont souvent incomplètes.

Voir toutes les espèces aquatiques scorpaeniformes

de 270 espèces benthiques (sans vessie gazeuse).

Voir toutes les espèces aquatiques cottidés

kottos » terme employé pour désigner les chabots (Cottos était un géant à cent bras de la mythologie grecque en allusion aux nombreux rayons des pectorales)

Voir toutes les espèces aquatiques cottus

Gobio

Description morphologique

Le corps est allongé avec une grosse tête aplatie et cuirassée. La bouche est terminale et protractile. Les nageoires pelviennes sont très en avant, en position thoracique. Il y a deux dorsales dont la première courte et épineuse. Les pectorales sont grandes avec des rayons épineux. La coloration est très variable suivant le substrat avec lequel il a tendance à se confondre (homochromie= capacité d’un organisme à prendre la coloration de son environnement).

Ecologie et répartition géographique

La zone de répartition géographique couvre l’Europe, d’ouest en est du Royaume Uni au fleuve Amour, et du nord au sud, de la Norvège aux Pyrénées et au Nord de l’Italie.

Dans les cours d’eau, les espèces se répartissent d’amont en aval suivant leur exigence en température et en force du courant. Il peut être ainsi distingué différentes zones caractérisées par des paramètres physico-chimiques différents et donc par des peuplements d’espèces différents. Le chabot commun fréquente les fonds pierreux des cours d’eau au niveau des zones courantes et fraîches (zone à truite).

Alimentation

Il se nourrit de petits invertébrés du fond de l’eau, principalement des insectes et des crustacés. Il s’agit également d’un prédateur d’œufs et d’alevins de truite. L’activité est essentiellement nocturne, le jour, il reste caché entre les pierres.

Reproduction – cycle de vie

La reproduction a lieu de février à mai selon l’altitude. La femelle dépose parmi les graviers et sous une pierre plate, quelques centaines d’œufs rougeâtres auprès desquels le mâle monte la garde pendant toute la durée de l’incubation.

Statut de protection

Statut UICN : Préoccupation mineure.

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : 
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Espèce très sensible à la pollution, sa présence indique une eau pure : c’est une espèce de la zone à truites.

Partager sur :