Muséum aquarium de Nancy

Carpe commune

Cyprinus carpio

Carpe commune

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

est divisée en deux chambres. Chez la plupart, la vessie gazeuse est reliée à l’oreille interne par une chaîne de petits os (constituant l’appareil de Weber) qui transmettent les vibrations à l’oreille.

Voir toutes les espèces aquatiques ostariophyses

plus nombreux (après les perciformes), la quasi-totalité des espèces vivent en eau douce.

Voir toutes les espèces aquatiques cypriniformes

de plus de 3 000 espèces dont la quasi-totalité vit en eau douce.

Voir toutes les espèces aquatiques cyprinidés

« kuprinos » puis du latin « cyprinus » qui désigne la carpe.

Voir toutes les espèces aquatiques cyprinus

Carpio

Description morphologique

Le corps est allongé et trapu avec de grandes écailles et porte une seule nageoire dorsale et une anale courte. La bouche est fortement protractile et porte quatre barbillons à la lèvre supérieure. Le dos et les flancs sont bruns à reflets dorés, le ventre jaunâtre. La taille est en moyenne de 40 à 70cm.

Ecologie et répartition géographique

Dans les cours d’eau, les espèces se répartissent d’amont en aval suivant leur exigence en température et en force du courant. Il peut être ainsi distingué de l’amont vers l’aval différentes zones caractérisées par des paramètres physicochimiques différents et donc par des peuplements d’espèces différents. La carpe commune fréquente les eaux calmes des étangs et des lacs et les cours inférieurs des rivières (zone à brème), des zones avec fond composé de sédiments mous et une végétation abondante.

Originaire d’Asie centrale, la carpe commune a été introduite dans le monde entier. 

Alimentation

Le régime alimentaire est omnivore : la carpe se nourrit de petits invertébrés benthiques, de plancton et de végétaux, principalement en fouillant le sédiment à l’aide de sa bouche protractile.

Reproduction – cycle de vie

La reproduction a lieu à la fin du printemps, les œufs sont déposés sur des plantes dans des eaux peu profondes près de la berge. La maturité sexuelle est atteinte dès l’âge de deux ans pour les mâles et trois ans pour les femelles.

Statut de protection

Statut UICN : Vulnérable

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes :
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

La carpe a une importance commerciale considérable pour l’alimentation humaine: en 2016 au niveau mondial, la pêche représentait plus de 115 000 tonnes alors que la production par élevage représentait 4 556 000 tonnes. La carpe est la première espèce de poisson à avoir été domestiquée, de nombreuses races ont été sélectionnées : la carpe miroir qui présente des écailles sous la dorsale et à la base de la caudale, la carpe cuir qui en est dépourvue ; d’autres variétés, souvent  très onéreuses, les carpes koï présentent des couleurs très diverses et sont utilisées pour l’ornement.

Partager sur :