Muséum aquarium de Nancy

Labre à long museau

Epibulus insidiator

Labre à long museau

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

une grande famille de plus de 500 espèces. Les dents sont en forme de molaires et puissantes. Le nom de la famille fait référence aux lèvres épaisses des labridés.

Voir toutes les espèces aquatiques labridae

Insidiator

Description morphologique

Les couleurs sont très variables avec un fort dimorphisme sexuel : les femelles sont brunes ou jaunes ; les mâles sont gris bleuté avec les écailles très marquées, la tête est blanc pâle, le dos marron. La taille est de 50cm au maximum.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce fréquente les récifs coralliens dans les lagons et tombants récifaux à des profondeurs variant de 1 à 40m. La répartition géographique concerne tout le bassin Indo-Pacifique, de la Mer Rouge et de l’Afrique du Sud aux îles Hawaï.

Alimentation

Ce labre est un prédateur typique des récifs coralliens, il se nourrit de petits poissons et de petits crustacés qu’il aspire par surprise. Tous les poissons ont des mâchoires (aussi bien supérieure qu’inférieure) mobiles par rapport au reste du crâne pour permettre l’alimentation en milieu aquatique. Cela permet notamment les mouvements de succion pour aspirer les aliments (notamment les proies). Il existe ensuite différentes stratégies pour bien positionner la bouche par rapport aux proies : se déplacer rapidement pour les attraper, les piéger dans un recoin, ou projeter la bouche en avant (on parle de bouche protractile). C’est cette dernière stratégie qui est utilisée ici : la mobilité des mâchoires, caractère déjà développé chez les acanthomorphes, est poussée à l’extrême chez le labre à long museau ; les mâchoires, repliées sous la tête au repos, peuvent se déployer très rapidement en un long tube pour surprendre les proies.

Reproduction – cycle de vie

Comme beaucoup de labridés, il s’agit d’une espèce hermaphrodite protogyne : les individus sont d’abord femelles puis mâles. Un mâle occupe un territoire avec un harem de femelles. Les œufs et les larves sont planctoniques.

Statut de protection

Statut UICN : préoccupation mineure.
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :