Muséum aquarium de Nancy

Gobie noir

Gobius niger

Gobie noir

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

grandes familles de poissons avec près de 1800 espèces, pour la plupart en dessous de 10 cm. Les yeux sont localisés en position dorsale sur la tête. Les nageoires pelviennes sont souvent assez modifiées et peuvent être fusionnées en un disque adhésif.

Voir toutes les espèces aquatiques gobiidés

gobius » dérivé du grec « kobios » qui désigne le goujon, le gobie (le terme serait générique pour les petits poissons).

Voir toutes les espèces aquatiques gobius

Niger

Description morphologique

Les gobies sont des poissons de fond, sans vessie gazeuse (ou réduite), avec les nageoires pelviennes la plupart du temps modifiées en organe adhésif. Ce sont habituellement des poissons de petite taille mais cette espèce est relativement grande avec les 18 à 20cm que le mâle peut atteindre. La coloration est variable, les femelles sont marbrées, les mâles sont noirs. La première nageoire dorsale est pointue, très haute chez le mâle.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce fréquente surtout les milieux saumâtres (estuaires et lagunes), mais aussi le milieu marin, dans les zones à faible profondeur jusqu’à 10 à 15m. La localisation géographique couvre la Mer Baltique, les côtes de l’Atlantique est, de la Norvège à la Mauritanie, la Méditerranée, la Mer Noire.

Alimentation

Le gobie noir est un prédateur qui se nourrit d’invertébrés benthiques (crustacés, mollusques, vers) et parfois de petits poissons.

Reproduction – cycle de vie

Le gobie noir est territorial. Le mâle protège un territoire qu’il nettoie pour confectionner son nid en transportant dans sa bouche les cailloux et coquilles, et qu’il défend contre les autres mâles. Ce type de mâle, dit territorial, est grand et pourvu d’une nageoire dorsale très haute : les intimidations consistent à relever la tête et écarter les opercules puis les mâles s’affrontent en se mordant la bouche et en émettant des grognements. Le mâle assure également les soins parentaux en gardant la ponte. Le deuxième type de mâle, dit parasite, est plus petit et ne présente pas de nageoire dorsale très allongée.

Ce type de mâle ne défend pas de territoire et profite de la ponte de la femelle dans le nid du mâle territorial pour émettre son sperme : cette compétition est très intense, il peut y avoir jusqu’à six mâles parasites autour du mâle territorial au moment de la ponte. Des études ont montré de plus que le sperme des mâles parasites est de meilleure qualité que celui des mâles territoriaux (il est plus concentré en spermatozoïdes et ceux-ci ont une plus grande vitesse et une meilleure viabilité). Malgré cela, le mâle territorial est le père d’environ 70% des embryons du nid : plusieurs raisons peuvent expliquer cela, i- le mâle territorial force les parasites à émettre leur sperme à distance du nid ce qui dilue grandement le sperme, ii- s’il ne peut investir autant d’énergie dans la production du sperme que les parasites (du fait de l’énergie dépensée à la croissance et à la défense du territoire) la qualité du liquide séminal du mâle territorial permet d’augmenter les performances de ses spermatozoïdes.

Statut de protection

Statut UICN : Préoccupation mineure

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes :
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :