Muséum aquarium de Nancy

Labre oiseau

Gomphosus caeruleus

Labre oiseau

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

une grande famille de plus de 500 espèces. Les dents sont en forme de molaires et puissantes. Le nom de la famille fait référence aux lèvres épaisses des labridés.

Voir toutes les espèces aquatiques labridae

gomphos » qui signifie clou, en référence à ses mâchoires en forme de clou. Ce genre présente deux espèces très proches G. varius et G. caeruleus.

Voir toutes les espèces aquatiques gomphosus

Caeruleus

Description morphologique

La taille est d’environ 25cm. L’espèce est reconnaissable à son long museau en forme de bec ou de trompe (les juvéniles n’ont pas encore ce caractère). Le corps est allongé avec une nageoire caudale tronquée. Il existe un dimorphisme sexuel, les mâles et les femelles sont différents, notamment au niveau de la couleur (on parle aussi de dichromatisme). Les femelles sont de couleur gris bleuté à brun-rouge sur la partie supérieure du corps et blanc jaunâtre sur la gorge et l’abdomen ; tandis que les mâles, plus grands, sont uniformément bleu foncé à bleu-vert avec parfois le museau et le pédoncule caudal plus clairs.

Ecologie et répartition géographique

Présente en Mer Rouge et dans l’Océan Indien, cette espèce habite les zones riches en coraux des récifs de la lagune et de la mer.

Alimentation

Le labre oiseau se nourrit de petits crustacés qu'il trouve sur ou à l'intérieur des coraux durs et autres roches et qu'il attrape avec son long museau. Il peut également se nourrir de petits poissons, étoiles de mer et mollusques.


Reproduction – cycle de vie

Les stratégies de reproduction sont très variées chez les poissons. Des observations de terrain suggèrent que cette espèce serait hermaphrodite protogyne diandrique. Ce type de stratégie semble assez répandu chez les labridés. L’hermaphrodisme signifie que les individus sont à la fois mâle et femelle, plus exactement, dans le cas du labre oiseau, il s’agit d’un hermaphrodisme successif : les individus sont d’abord d’un sexe puis se transforment pour être de l’autre sexe. Le terme protogyne signifie que les individus sont d’abord femelles puis certains peuvent se transformer en mâles (ce sont les interactions sociales qui constituent l’élément déclencheur de cette inversion sexuelle). Le terme diandrique fait référence au fait qu’il existe deux types de mâles, des mâles dits primaires qui se sont différenciés directement en mâles et des mâles secondaires qui sont passés par une phase femelle. Il a été observé des stratégies de reproduction de type harémique, où un mâle occupe un territoire avec un harem de femelles, et des stratégies de type lek où les mâles se réunissent en une aire de parade (un lek) pour attirer les femelles (contrairement aux véritables stratégies lek décrites dans le règne animal, il n’a pas été observé de réactions agressives entre les mâles chez le labre oiseau). De plus, comme chez beaucoup de poissons récifaux, le cycle lunaire et probablement le cycle saisonnier influencent la fréquence et l’intensité des épisodes reproductifs.

Statut de protection

Statut UICN : préoccupation mineure.

Partager sur :