Muséum aquarium de Nancy

Ormeau

Haliotis tuberculata

Ormeau

Classification

tête, un pied musculeux à rôle locomoteur, et une masse viscérale. Cette dernière est recouverte par le manteau qui délimite une cavité palléale contenant des branchies et qui sécrète des formations calcaires (coquille).

Voir toutes les espèces aquatiques mollusques

bien distincte portant une ou deux paires de tentacules sensoriels, et un organe masticateur caractéristique constituant une langue râpeuse, la radula. Le pied est bien développé. Le manteau sécrète (la plupart du temps) une coquille dorsale enroulée en hélice.

Voir toutes les espèces aquatiques gastéropodes

de nombreuses espèces appartenant toutes au seul genre Haliotis. La coquille est en forme de spirale aplatie, avec une très large ouverture et sans opercule. Elle porte sur la partie la plus récente des perforations disposées en ligne.

Voir toutes les espèces aquatiques haliotidés

halios » la mer et « otos » l’oreille du fait de la forme en oreille de la coquille. L’un des noms communs de l’ormeau est oreille de mer

Voir toutes les espèces aquatiques haliotis

Tuberculata

Description morphologique

La coquille est ovale, aplatie, en forme d’oreille. L’extérieur est brun rougeâtre et souvent recouvert d’organismes encroûtants, l’intérieur est fortement nacré. La coquille présente trois à six trous alignés suivant le sens de la croissance : ces perforations facilitent la respiration en permettant la sortie de l’eau de la cavité palléale qui contient les branchies (elles sont obturées au fur et à mesure de la croissance.). Le manteau est brun vert et porte en périphérie de nombreux tentacules sensoriels. La tête porte deux yeux bien visibles. Le pied est large et permet une forte adhésion au substrat. La taille varie entre 8 et 11cm.

Écologie et répartition géographique

L’ormeau fréquente les côtes rocheuses depuis la zone de balancement des marées jusqu’à 15m de profondeur. On le trouve préférentiellement sous les rochers et dans les crevasses. La répartition géographique concerne la Méditerranée, l’Atlantique nord, la Manche et la Mer du Nord.

Alimentation

Le régime alimentaire est herbivore, l’ormeau broute avec sa radula (longue langue recouverte de dents caractéristique des mollusques, en particulier des gastéropodes) les macroalgues.

Reproduction – cycle de vie

Les sexes sont séparés, les mâles et les femelles relarguent leurs gamètes dans l’eau (la fécondation est externe). Les larves, planctoniques, sont dispersées par les courants et tombent au fond de l’eau assez rapidement au bout de cinq à six jours pour se métamorphoser en juvénile.

Statut de protection

Statut UICN : Non évaluée
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 
L’ormeau est un coquillage très recherché pour la consommation. Il est très protégé et sa pêche est très règlementée. Il existe de très nombreuses espèces dans le monde : les pêches représentaient au niveau mondial 10 à 11 000 tonnes jusqu’au début des années 90, et 4 800 tonnes en 2017. L’élevage a débuté dans les années 70, il est pratiqué dans différents pays et a récemment débuté en France : la production au niveau mondial a très fortement progressé ces dix dernières années, elle représentait plus de 160 000 tonnes en 2017.

Partager sur :