Muséum aquarium de Nancy

Poisson lune africain

Monodactylus sebae

Poisson lune africain

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

6 espèces. Le corps est fortement comprimé.

Voir toutes les espèces aquatiques monodactylidae

Sebae

Description morphologique

Les quatre espèces qui constituent le genre Monodactylus sont immédiatement identifiables à leur forme peu commune de losange élevé. La minceur de leur corps et la hauteur extraordinaire de leurs nageoires dorsale et anale leur procurent une grande agilité dans la fuite. De plus, cette morphologie leur permet de se faufiler dans les herbiers ou entre les racines des palétuviers. Le poisson lune africain mesure une quinzaine de centimètres avec des bandes noires transversales. Les nageoires pelviennes sont absentes.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce est originaire des côtes africaines de l’Atlantique du Sénégal à l’Angola. Elle est très fréquente dans les estuaires, les lagunes, les cours inférieurs des fleuves. Ce n’est pas une espèce strictement inféodée aux mangroves mais elle les fréquente assidument.
Les espèces de cette famille sont euryhalines c’est-à-dire qu’elle supportent des variations importantes de la salinité de l’eau : elles peuvent fréquenter aussi bien l’eau douce que l’eau de mer.

Alimentation

L’espèce est planctonophage et détritivore, elle se nourrit de plancton et de débris divers.

Statut de protection

Statut UICN : non évalué.

Partager sur :