Muséum aquarium de Nancy

Etrille commune

Necora puber

Etrille commune

Classification

recouvert d’une cuticule rigide constituant un exosquelette (la croissance se fait par mue) et divisé en segments porteurs d’appendices articulés.

Voir toutes les espèces aquatiques arthropodes

les crustacés communément connus (crabes, crevettes, langoustes, bernard-l’ermite etc…).

Voir toutes les espèces aquatiques malacostracés

le thorax sont fusionnés en un céphalothorax protégé par un bouclier (le bouclier protège également les branchies). Les trois premières paires d’appendices du thorax forment des maxillipèdes (« pattes mâchoires ») qui interviennent dans l’alimentation, les appendices suivant forment cinq paires de pattes (d’où le nom de décapodes) mais la première paire est transformée en pinces.

Voir toutes les espèces aquatiques décapodes

plus de 3 000 espèces, essentiellement marines (quelques espèces d’eau douce et terrestres). Il correspond à ce qu’on appelle vulgairement les crabes, avec cinq paires de pattes (la première étant transformée en pinces) et l’abdomen réduit et replié sous le céphalothorax.

Voir toutes les espèces aquatiques brachyoures

de pattes est aplatie, adaptée à la nage.

Voir toutes les espèces aquatiques polybiidés

Puber

Description morphologique

La carapace de ce crabe a une taille de cinq à six cm de longueur et huit cm de largeur. Sa couleur est grise avec des lignes bleues sur les pattes. Les yeux sont rouge vif. La dernière paire de pattes est aplatie et couverte de soies et permet la nage. La carapace est veloutée, d’où le nom d’espèce « puber ». La carapace porte de chaque côté des yeux quatre à cinq pointes.

Écologie et répartition géographique

Cette espèce se rencontre dans la Manche l’Atlantique et la Méditerranée près du littoral sur les fonds sablonneux et vaseux.

Alimentation

Le régime alimentaire est carnassier et consiste en de petits poissons, des crevettes et des étoiles de mer. Cette espèce est également nécrophage.

Reproduction – cycle de vie

Chez les crabes, les sexes sont séparés avec un dimorphisme sexuel : les mâles ont un abdomen étroit et triangulaire, alors que les femelles ont un abdomen large, bien segmenté et pourvu d’appendices pour porter les œufs. A l’éclosion, les embryons donnent naissance à des larves planctoniques (dites larves zoé) qui donneront des étrilles de 3cm au bout de cinq mois.


Statut de protection

Statut UICN : Non évaluée

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes :
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Cette espèce est pêchée à pied ou à l'aide de casiers et est appréciée pour sa chair fine. Les captures oscillent depuis les années 2000 entre 20 et 700 tonnes par an.

Partager sur :