Muséum aquarium de Nancy

Barbier rouge

Pseudanthias squamipinnis

Barbier rouge

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

près de 550 espèces. Il y a une à trois épines à l’arrière de l’opercule. La nageoire caudale est ronde, rarement fourchue. Le bout de la mâchoire supérieure est toujours exposé même quand la bouche est fermée.

Voir toutes les espèces aquatiques serranidés

pseudes » qui signifie faux et « anthias » qui désigne un autre genre de poisson : le nom signifie ainsi « faux Anthias ».

Voir toutes les espèces aquatiques pseudanthias

Squamipinnis

Description morphologique

Le troisième rayon de la dorsale est prolongé chez les femelles, très allongé chez les mâles. La nageoire caudale est en forme de lune, ses lobes sont allongés chez le mâle. Les nageoires sont fortement écailleuses, comme l’indique le nom d’espèce. Les nageoires pelviennes n’atteignent pas la base de la nageoire anale chez la femelle tandis qu’elles s’étendent bien après chez le mâle. Les femelles sont jaune orange, une petite barre, couleur lilas, va de l’œil à la pectorale. Les mâles sont rose fuschia avec une large tâche orange à magenta sur les pectorales. La taille atteint 15cm.

Ecologie et répartition géographique

Il s’agit d’une espèce très commune à proximité immédiate des récifs. Elle forme des bancs juste au dessus des récifs, dans les lagons ou le long des tombants récifaux. La répartition géographique couvre la Mer Rouge et le bassin Indo-Pacifique tropical.

Alimentation

Cette espèce se nourrit de zooplancton.

Reproduction – cycle de vie

Il s’agit d’une espèce hermaphrodite protogyne, c'est-à-dire que les individus sont d’abord du sexe femelle puis ils sont susceptibles de changer de sexe et devenir mâle. Les individus se regroupent en harem de femelles avec un mâle dominant ; si le mâle vient à disparaître, la femelle la plus âgée se changera en mâle et maintiendra par son comportement dominant les autres individus au stade femelle : l’inversion sexuelle survient en deux à quatre semaines après la disparition du mâle.

Statut de protection

Statut UICN : Préoccupation mineure.

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes :
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :