Muséum aquarium de Nancy

Baliste picasso

Rhinecanthus aculeatus

Baliste picasso

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

formation spéciale, le sac stomacal, qui est soit l’estomac lui-même, soit un diverticule de celui-ci. Le sac peut se remplir d’eau ou d’air selon le milieu : il en résulte un gonflement considérable du corps qui provoque l’érection d’épines cutanées. La chair de certaines espèces est vénéneuse à cause de la tétrodotoxine qu’elle contient.

Voir toutes les espèces aquatiques tetraodontiformes

espèces, les nageoires pelviennes sont fusionnées en une épine, le premier rayon épineux de la dorsale présente un mécanisme de verrouillage en position érigée. La bouche est petite avec la mâchoire supérieure non mobile. Le déplacement se fait de façon caractéristique par ondulation de la deuxième dorsale et de l’anale (la nageoire caudale est utilisée pour les fuites rapides).

Voir toutes les espèces aquatiques balistidés

de genre est incertaine mais pourrait signifier « au nez cerclé » en allusion à la selle sur le museau au niveau des narines et jusqu’aux pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques rhinecanthus

Aculeatus

Description morphologique

La taille moyenne est de 15 cm mais il peut atteindre 30 cm. La tête est triangulaire avec les profils ventral et dorsal pratiquement linéaire. Le pédoncule caudal porte trois rangées d’épines courbées vers l’avant, les deux rangées les plus hautes s’étendant en avant du pédoncule. La couleur générale est blanchâtre sur la majeure partie du corps une zone noire contenant quatre bandes blanches diagonales (légèrement bleutées) s’étendant du milieu du corps jusqu’à la nageoire anale. Quatre fines bandes bleues relient les orbites et trois descendent des yeux vers les pectorales. Une bande jaune orange entoure la bouche et se prolonge jusqu’à la base des pectorales.

Ecologie et répartition géographique

La répartition géographique est large avec tout le bassin Indo-Pacifique tropical et l’Atlantique tropical Est. Il se trouve à faible profondeur entre 0 et 10 mètres de profondeur (parfois jusqu’à 30 à 50m) dans les lagons et sur les fonds sableux.

Alimentation

Le baliste picasso est essentiellement carnivore et se nourrit de proies très variées, crustacés, vers, mollusques, échinodermes, petits poissons, coraux, qu’il débusque souvent en fouillant le sable, mais peut aussi se nourrir d’algues et de débris divers.

Reproduction – cycle de vie

Les sexes sont séparés. Le territoire est défendu par un mâle et deux à trois femelles. Les œufs sont placés dans un nid préparé dans le sable, et fécondés aussitôt. La femelle défend les œufs et ventile le nid avec ses pectorales. Les larves éclosent rapidement, le soir même du matin de la ponte, et sont protégées encore quelque temps par la femelle. 

Locomotion

La locomotion est identique chez tous les balistes : la propulsion est assurée par des ondulations des nageoires dorsale et anale. Les ondulations de la nageoire caudale ne sont utilisées que pour les accélérations rapides ; Ce mode de déplacement (qui se retrouve aussi  chez d’autres poissons) est ici bien adapté aux environnements comme les massifs coralliens car il permet le sur-place, la marche arrière ou les virages très serrés. Dans les années 2000, des chercheurs ont proposé de s’inspirer du déplacement de ce baliste pour imaginer des robots sous-marins.

Relations avec d’autres espèces

Le comportement territorial est très marqué avec beaucoup d’agressivité, surtout en période de reproduction, il attaque ses congénères ou tout intrus pénétrant dans son territoire, y compris les nageurs.

Chez les balistes, la première épine dorsale peut se verrouiller en position érigée, la deuxième épine dorsale constitue un cliquet (semblable au système des balistes de l’antiquité) qui l’empêche de se rabattre. Avec l’épine ventrale (qui provient de la transformation des nageoires pelviennes), ce système permet aux balistes de s’ancrer dans les crevasses dans lesquelles ils se réfugient, il est alors très difficile de les en extraire.

Ce poisson peut également être bruyant, en cas de menace, il produit des grognements par des mouvements alternatifs de balayage des pectorales droite et gauche, ce qui appuie sur un système de trois écailles frottant contre la paroi de la vessie natatoire qui sert ainsi de caisse de résonance. 

Statut de protection

Statut UICN : Non évaluée.

Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes :
Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :