Muséum aquarium de Nancy

Murène tigre

Scuticaria tigrina

Murène tigre

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

très allongé, serpentiforme avec une disparition des nageoires pelviennes, voire des pectorales chez certaines espèces. Les nageoires dorsale, caudale et anale fusionnent en une seule nageoire. Les écailles sont généralement absentes ou réduites. La fente branchiale est très réduite, parfois même à un pore. Le stade larvaire leptocéphale est caractéristique du groupe. Le groupe comporte 19 familles et 865 espèces dont les anguilles, les murènes, les congres.

Voir toutes les espèces aquatiques anguilliformes

qui comporte près de 200 espèces. La bouche est grande avec de nombreuses dents dont souvent des crocs.

Voir toutes les espèces aquatiques muraenidés

Tigrina

Description morphologique

Le corps est de couleur beige crème parsemé de tâches noires de taille variable. La tête est plutôt ronde avec un bec peu prononcé. Les narines tubulaires sont assez longues.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce fréquente les fonds rocheux, les lagons et les tombants récifaux entre 8 et 25m de profondeur. Elle est très discrète, toujours cachée dans un trou ou une faille le jour et ne sortant que la nuit pour chasser. La répartition géographique couvre tout le bassin Indo-Pacifique.

Alimentation

Cette espèce chasse la nuit et se nourrit de poissons et de crustacés. Elle présente, comme toutes les murènes, un système de double mâchoire tout à fait impressionnant et original. Contrairement à beaucoup de poissons qui aspirent leur proie dans la bouche, la murène commence par attraper la proie avec ses mâchoires garnies de nombreuses dents. Puis, la seconde mâchoire, des os du pharynx équipés de dents crochues, avance depuis le pharynx dans la bouche, se saisit de la proie et se rétracte pour emmener la proie jusque dans l’œsophage. L’ensemble ne prend que quelques fractions de seconde.


Reproduction – cycle de vie

Les œufs sont pélagiques et donnent des larves leptocéphales, caractéristiques du groupe des anguilliformes.

Statut de protection

Statut UICN : Non évaluée
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :