Muséum aquarium de Nancy

Limande

Limanda limanda

Limande

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

Limanda

Description morphologique

Le corps est ovale et allongé, il est couché sur le côté gauche et le côté droit porte les yeux. La bouche est petite. Les nageoires dorsale et anale sont longues. La couleur générale varie de brun clair à gris sable avec des tâches plus sombres sur le côté portant les yeux, et elle est blanche du côté aveugle. La taille dépasse rarement 30cm.

Ecologie et répartition géographique

La répartition géographique couvre l’Atlantique Nord, des côtes espagnoles à l’Islande et la Norvège, la mer de Barents et la mer Blanche. Il s’agit d’une espèce benthique (qui vit sur le fond de l’eau) sur les fonds sableux de quelques mètres à une centaine de mètres de profondeur.

Alimentation

Cette espèce se nourrit de crustacés, de mollusques, de vers et de petits poissons.

Statut de protection

Statut UICN : Préoccupation mineure.
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 
Les captures au niveau mondial se sont montées au maximum à 22 000 tonnes en 1998, en 2016, elles représentaient 8 000 tonnes. Cette espèce est modérément importante pour la pêche industrielle, elle est en revanche populaire auprès des pêcheurs malgré sa taille, car elle est courante dans les eaux côtières et mord facilement aux appâts.

Partager sur :