Muséum aquarium de Nancy

Molly

Poecilia sphenops

Molly

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

est divisée en deux chambres. Chez la plupart, la vessie gazeuse est reliée à l’oreille interne par une chaîne de petits os (constituant l’appareil de Weber) qui transmettent les vibrations à l’oreille.

Voir toutes les espèces aquatiques ostariophyses

Sphenops

Description morphologique

La couleur est noir moucheté de jaune à l'état sauvage, l'espèce est très populaire en aquarium et se décline en de multiples variétés colorées ; comme la forme noire ou la forme « dalmatienne », La taille varie de 4 à 7,5cm.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce fréquente les eaux douces et les eaux saumâtres d’Amérique Centrale et d’Amérique du sud, du Mexique à la Colombie. Elle est très tolérante et fréquente les eaux peu courantes, les étangs, les lacs, des eaux claires jusqu’aux eaux boueuses.

Alimentation

Le régime alimentaire est omnivore et consiste en des vers, des crustacés, des insectes ainsi que des matières végétales.

Reproduction – cycle de vie

Les sexes sont séparés et l’espèce est vivipare. Les mâles sont plus petits que les femelles, plus colorés et présentent une nageoire anale modifiée en un organe copulateur, le gonopode. La reproduction est très facile à obtenir en captivité. Les mâles mènent une cour effrénée aux femelles, certains possèdent des filaments sur le museau et des chercheurs ont montré que les femelles ont une préférence pour les mâles porteurs de ces « moustaches » (ce qui suggère une sélection sexuelle sur ce caractère). Comme le comportement de cour implique des contacts entre le museau des mâles et la région génitale des femelles, ces moustaches pourraient envoyer des signaux tactiles aux femelles. Le développement a lieu dans les voies génitales de la femelle : au bout de quatre semaines de gestation, la femelle donne naissance à une portée de 20 à 150 jeunes alevins. Dans la famille des poeciliidés, il n’existe qu’une seule espèce ovipare (qui pond des œufs), pour toutes les autres, les embryons se développent dans les voies génitales de la femelle : dans la majorité des espèces, les embryons se développent à partir des réserves stockées dans l’œuf, mais dans un nombre non négligeable d’autres espèces, l’embryon se développe grâce aux nutriments fournis par la mère par l’intermédiaire d’un placenta.

Statut de protection

Statut UICN : Données insuffisantes
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :