Muséum aquarium de Nancy

Ctenopoma de Petherick

Ctenopoma petherici

Ctenopoma de Petherick

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

Petherici

Description morphologique

Le corps est relativement allongé, la taille maximale est de 14 cm, Le pédoncule caudal est très court, les rayons des nageoires dorsale et anale sont épineux. La couleur générale est grise avec une tâche noire à la base de la nageoire caudale.

Ecologie et répartition géographique

Cette espèce fréquente les marécages et plaines inondables (plus particulièrement en milieux ouverts) d’Afrique de l’Ouest tropicale : Sénégal, Gambie, Niger, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin.

Alimentation

Le régime alimentaire consiste en des invertébrés divers, insectes et larves d’insectes, mollusques, petits crustacés.

Respiration

Les membres de la famille des anabantidés, à laquelle appartient cette espèce, présentent la particularité de se procurer de l’oxygène dans l’eau à partir de leurs branchies, comme tous les poissons, mais aussi dans l’air à partir d’un organe appelé le labyrinthe. Cet organe est logé dans un sac qui dérive de la paroi latéro-dorsale de la cavité branchiale : il est constitué par un réseau très enchevêtré (d’où le nom de labyrinthe) de lames osseuses qui dérivent du squelette branchial, le tissu qui recouvre ces lames est richement irrigué et réalise des échanges gazeux avec l’air. Ceci permet d’avoir un apport respiratoire complémentaire lorsque le taux d’oxygène est faible dans l’eau. La quantité d’oxygène ainsi captée est loin d’être négligeable, suivant les espèces de cette famille, elle peut représenter la moitié des besoins, l’autre moitié étant assurée par les branchies, puisque la plupart de ces espèces sont obligées de respirer à partir de l’air pour survivre. L’air est aspiré par la bouche à la surface de l’eau, en revanche, les modalités pour la sortie de l’air varient suivant les espèces : chez certaines, l’entrée d’air frais dans le labyrinthe en chasse l’air déjà présent, ce qui permet une vie relativement active en milieu terrestre ; chez d’autres, l’air est chassé par un flux d’eau, ce qui ne peut se réaliser qu’en immersion et limite donc les incursions terrestres ; et enfin d’autres utilisent l’une ou l’autre des modalités suivant les conditions.

Statut de protection

Statut UICN : préoccupation mineure
 Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Éteinte (EX), Éteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE).
 


Partager sur :