Muséum aquarium de Nancy

Cichlidé à gorge rouge

Thorichthys meeki

Cichlidé à gorge rouge

Classification

colonne vertébrale et d’un crâne qui protège le cerveau.

Voir toutes les espèces aquatiques vertébrés

osseux et présentant des sacs aériens reliés au tube digestif (vessie gazeuse ou poumons)

Voir toutes les espèces aquatiques ostéichthyens

rayonnées : le repli de peau constituant la nageoire est soutenue par des rayons osseux ou cartilagineux. La vessie natatoire est en général développée.

Voir toutes les espèces aquatiques actinoptérygiens

est mobile par rapport au crâne. La nageoire caudale est (seulement en apparence) symétrique, c’est-à-dire que les lobes inférieure et supérieure de la nageoire ont la même taille. Ce groupe représente la très grande majorité des poissons actuels.

Voir toutes les espèces aquatiques téléostéens

modification des mâchoires permettant une avancée accrue de la bouche et la présence (à quelques exceptions près) de rayons durs, souvent épineux, aux nageoires anale et dorsale antérieure (parfois aussi aux pelviennes), les nageoires pelviennes sont souvent avancées sous les nageoires pectorales.

Voir toutes les espèces aquatiques acanthomorphes

sont très rapprochées des nageoires thoraciques. Les perciformes constituent le plus grand groupe dans les téléostéens avec plus de 150 familles.

Voir toutes les espèces aquatiques perciformes

a été donné en l’honneur de l’ichtyologiste S.E. Meek.

Voir toutes les espèces aquatiques meeki

Meeki

Description morphologique

Cette espèce est facilement identifiable par la couleur rouge vif de la gorge. Le corps est comprimé latéralement, la bouche est terminale et pointue. La couleur est gris bleuâtre sur le dos et les flancs, orange à jaune sur le ventre, rouge vif au niveau de la gorge. Sur les flancs, cinq à sept bandes sombres zèbrent transversalement le corps. Les mâles ont une taille de 12 à 15cm, les femelles sont plus petites.

Écologie et répartition géographique

Il s’agit d’une espèce d’eau douce tropicale : le milieu de vie correspond aux rivières d’eau calme à végétation importante (voire à des lagunes, une tolérance de l’espèce à une certaine salinité a été observée). La répartition géographique est restreinte à l’Amérique centrale, du Mexique au Guatemala.

Alimentation

Le régime alimentaire est omnivore mais l’espèce se nourrit majoritairement d’algues.

Reproduction – cycle de vie

L’espèce est gonochorique (à sexes séparés), le mâle est plus grand que la femelle. Les individus forment des couples qui s’investissent beaucoup dans les soins parentaux. Au moment de la reproduction, une fois le couple formé, la recherche d’un lieu de ponte commence : une pierre, une feuille, du bois immergé ou une cavité creusée dans le sol. Une fois le lieu de ponte nettoyé, la femelle dépose 100 à 500 œufs, que le mâle féconde aussitôt, et que les parents vont ensuite ventiler avec leurs nageoires en se relayant de façon à oxygéner les œufs et empêcher les sédiments de se déposer dessus. Les parents défendent leur territoire en déployant leur gorge rouge pour intimider les intrus. Une fois les larves écloses au bout de 48 heures, les parents les transportent dans un petit trou et les surveillent encore quatre à cinq jours. Les petits nagent ensuite et se nourrissent de matière organique toujours sous la surveillance des parents qui les guident. Ce n’est qu’à la taille d’environ un cm que les jeunes quitteront les parents.

Statut de protection

 Il s’agit d’une espèce très populaire en aquariologie, qui se reproduit bien en aquarium.
 
Statut UICN : Non évaluée
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :