Muséum aquarium de Nancy

Crevette barbier cardinal

Lysmata debelius

Crevette barbier cardinal

Classification

recouvert d’une cuticule rigide constituant un exosquelette (la croissance se fait par mue) et divisé en segments porteurs d’appendices articulés.

Voir toutes les espèces aquatiques arthropodes

les crustacés communément connus (crabes, crevettes, langoustes, bernard-l’ermite etc…).

Voir toutes les espèces aquatiques malacostracés

le thorax sont fusionnés en un céphalothorax protégé par un bouclier (le bouclier protège également les branchies). Les trois premières paires d’appendices du thorax forment des maxillipèdes (« pattes mâchoires ») qui interviennent dans l’alimentation, les appendices suivant forment cinq paires de pattes (d’où le nom de décapodes) mais la première paire est transformée en pinces.

Voir toutes les espèces aquatiques décapodes

une bonne partie des animaux communément appelés crevettes.

Voir toutes les espèces aquatiques caridés

Debelius

Description morphologique

L’allure est semblable à celle d’une crevette. Le rostre est court. Le caractère le plus distinctif des autres espèces du genre Lysmata est la couleur rouge écarlate avec les flagelles des antennes et les extrémités des pattes de couleur blanche et des points blancs sur la carapace. Elle constitue avec L. amboinensis les deux espèces les plus vivement colorées du genre Lysmata.

Écologie et répartition géographique

La répartition géographique concerne l’est de l’Océan Indien jusqu’aux Maldives et le Pacifique ouest. Elle fréquente les récifs coralliens entre 10 et 40m de profondeur.

Alimentation

Il s’agit d’une espèce omnivore qui peut se nourrir également des parasites de poissons, d’où le nom commun de crevette nettoyeuse.

Reproduction – cycle de vie

Cette espèce est hermaphrodite simultanée protandre : les individus sont d’abord mâles puis sont ensuite mâles et femelles à la fois. Cette modalité de reproduction est très répandue (si pas ubiquiste) dans le genre Lysmata. Bien que chaque individu produise du sperme et des ovules, l’autofécondation n’est pas possible. Les œufs sont portés sous l’abdomen ; à l’éclosion ils donneront des larves planctoniques qui se métamorphoseront en un juvénile benthique (vivant sur le fond de la mer) ; les mues suivantes amèneront à la coloration définitive et à la maturité sexuelle.

Statut de protection

Statut UICN : non évaluée.
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE). 

Partager sur :