Muséum aquarium de Nancy

Palythoa sp

Palythoa sp

Palythoa sp

Classification

radiaire, sans avant ni arrière, sans dos ni ventre, avec un seul orifice servant à la fois de bouche et d’anus. Existent sous deux formes, le polype en forme de tube fixé au substrat par sa base et la méduse qui nage en pleine eau grâce aux contractions de son ombrelle. Les cnidaires sont caractérisés par les cnidoblastes, des cellules urticantes capables de dévaginer un minuscule harpon venimeux et servant à la capture des proies.

Voir toutes les espèces aquatiques cnidaires

cnidaires uniquement sous la forme polype (ils n’ont pas de forme méduse). Les polypes sont pourvus d’un pharynx facilitant l’ingestion des proies.

Voir toutes les espèces aquatiques anthozoaires

présentent un nombre 6 – ou multiple de 6 – tentacules. Le pharynx possède un sphincter qui permet la fermeture du polype.

Voir toutes les espèces aquatiques hexacoralliaires

par une double couronne de tentacules. La très grande majorité forment des colonies et ressemblent à de petites anémones.

Voir toutes les espèces aquatiques zoanthaires

Sp

Description morphologique

Le genre Palythoa fait partie de ce que l’on appelle communément des anémones coloniales, mais ce ne sont ni des anémones, ni des coraux. Il s’agit en effet d’une forme coloniale constituée d’individus, appelés polypes. Ces polypes sont partiellement inclus dans un tissu qui recouvre les substrats sur lesquels la colonie se développe. A leur extrémité, ils possèdent un disque oral aplati entouré par une rangée de tentacules.

Alimentation

Ce sont des organismes qui capturent de petites proies planctoniques grâce à leur tentacules urticants. Certaines espèces abritent dans leurs tissus des algues unicellulaires photosynthétiques qui leur apportent une partie de leur alimentation.

Reproduction – cycle de vie

La reproduction asexuée est très courante. Les polypes bourgeonnent de nouveaux polypes ce qui permet la croissance de la colonie. 

Relations avec les autres espèces

Le genre Palythoa est connu pour contenir et sécréter une toxine, la palytoxine, pouvant avoir des effets dangereux sur l’homme. La toxicité varie selon les espèces.

Statut de protection

Statut UICN : l’espèce n’étant pas déterminée, il n’y a pas de statut de protection.
Pour la conservation des espèces, l’Union Internationale de la Conservation de la Nature UICN classe les espèces dans l’une des neuf catégories suivantes : Eteinte (EX), Eteinte à l’état sauvage (EW), En danger critique (CR), En danger (EN), Vulnérable (VU), Quasi menacée (NT), Préoccupation mineure (LC), Données insuffisantes (DD), Non évaluée (NE).



Partager sur :